Le Bienheureux Jacques-Désiré Laval

18 septembre 1803 – 9 septembre 1864

 

   Regardez la video sur Youtube.

Jacques-Désiré Laval est né à Croth en Normandie, le 18 septembre 1803. Il devient médecin, mais l’appel de Dieu à devenir prêtre et missionnaire ne le quitte pas.

« C’est vrai, mais j’ai balancé d’abord entre la prêtrise et la médecine, j`ai embrassé la médecine et je vois aujourd’hui que j’ai eu tort. Dieu m’appelle. C’est ma vocation. Devenu prêtre je pourrai faire plus de bien. Je dois suivre la voix de Dieu. »

Jacques Laval est ordonné prêtre en 1838 et est curé à Pinterville, une petite paroisse de 486 habitants.  Il aime les enfants et devient instructeur de catéchisme populaire.  Bien qu’il souhaite travailler en mission étrangère, il n’entreprend aucune démarche pour se faire missionnaire.  Il attend l’appel de Dieu, si telle est sa volonté.

 Au travail avec le Père Libermann

En 1841, le P. Libermann l’envoie à l’Ile Maurice; il y trouve environ 70.000 esclaves récemment libérés.  Les trois-quarts avaient été baptisés mais personne ne leur avait appris même les rudiments de la religion chrétienne.  Marginalisés, on les traitait de “bêtes de somme”.  Le P. Laval se met à les évangéliser.

A ceux qu’il contacte en premier, il enseigne à aimer Dieu et le prochain.  Il forme certains d’entre eux pour l’aider à préparer les autres à la réception des sacrements, à prendre soin des malades et à diriger des groupes de prière. Dès le début, Jacques Laval est intimement convaincu que la prière est la contribution humaine essentielle, plus importante même qu’une organisation habile.

Témoignages contemporains

Un prêtre irlandais, Joseph O’Dwyer, en 1854, écrivait à Rome :

« Je n’ai jamais vu un changement si complet dans la conduite d’un si grand nombre de personnes que celui qui s’est opéré parmi les Noirs.  En dehors de Dieu, le crédit pour cette œuvre appartient au Père Laval, l’homme destiné par Dieu pour opérer la conversion et la réforme de ce peuple infortuné… Avec l’aide de ses confrères, le Père Laval a fait s’épanouir la foi et la piété partout où les Noirs se trouvent sur l’île Maurice. »

En 1853, le Père Laval écrivait à propos de leur œuvre pastorale :

« Il y a Port-Louis où je travaille 30.000 habitants à peu près, dont tous ont besoin qu’on leur rende visite.  Il faut enseigner, catéchiser, consoler, visiter et administrer la communion à tous ces gens, alors on voit qu’il y a beaucoup de travail à faire. Le bon Seigneur pour qui nous travaillons a béni nos efforts et a fait que sa parole porte fruit. Ce pays, et surtout les noirs pauvres pour qui nous avons été envoyés ici, ne savaient même pas qu’il y avait un Dieu quand nous sommes arrivés. »

Le Père Laval meurt le 9 septembre 1864.  À peu près 40.000 personnes, soit la moitié de la population de l’île, sont présentes à ses funérailles, ce qui témoigne de l’appréciation de son œuvre.  Des milliers de pèlerins, de races et de religions diverses, visitent sa tombe en psalmodiant : « Il n’y a pas au ciel un  Saint comme Père Laval. »  Jacques Laval est béatifié le 29 avril 1979,  par le pape Jean-Paul II (première béatification de son pontificat).