Claude François Poullart des Places

D’une vie aisée à la pauvreté, la vie du fondateur spiritain Claude François Poullart des Places est une histoire exemplaire de transformation d’une personne par le Saint-Esprit.

En 1679, Claude naît dans une famille riche, fils d’un prestigieux aristocrate français. Sa vie se déroulera sous le règne de Louis XIV, et il jouit du mode de vie ostentatoire d’un noble. Il fréquente l’école des Jésuites, lointaine préparation à sa future entrée à leur collège à Paris.

Pour servir les pauvres

Ses parents avaient rêvé pour lui d’une carrière juridique ; des études brillantes l’y préparaient déjà, quand, suite à des retraites de discernement, Claude décide de tout quitter pour devenir prêtre, un prêtre pauvre, pour le service des pauvres. Il choisit le Collège des Jésuites, et non la Sorbonne, pour éviter la course aux diplômes et à la carrière d’ecclésiastique mondain.

Durant ses études à Paris au Collège des Jésuites, Claude est sensible à la disparité et à la pauvreté extrêmes dans la société d’alors. Il découvre de près les conditions de vie désavantageuses de jeunes sans moyens, dont pourtant il discerne les aptitudes pour faire de bons prêtres; il catéchise aussi des petits ramoneurs, venu de  loin pour travailler à la capitale. Emu, il choisit d’aider autant qu’il peut et dépense son allocation personnelle à leur fournir nourriture et logement. Ainsi va se former autour de lui une petite communauté, dont il va sans tarder partager la vie, tout en veillant au sérieux de leur travail et de leur formation, intellectuelle et spirituelle. Il n’admet dans sa communauté que des gens qui n’ont rien et qui partagent son idéal de pauvreté.

Dimanche de Pentecôte 1703, Claude emmène ses compagnons devant la statue de N-D de la Délivrance, en l’église St-Etienne des Grès, et ensemble ils s’engagent à porter l’Evangile partout. Ainsi est né, humblement et pauvrement, ce qui deviendra la Congrégation du Saint-Esprit. Leur but immédiat, c’est de soutenir les étudiants sans moyens à accomplir leur parcours vers la prêtrise.

L’intention, c’était que ces prêtres, à leur tour, serviraient les pauvres de la France rurale et d’ailleurs. Claude est encore séminariste lui-même. Quatre ans plus tard seulement, fin 1707, il est ordonné prêtre, à l’âge de 28 ans.

Un héritage qui perdure

Après son ordination, Claude continue à servir sa communauté, qui croît rapidement. Sa présence sera de courte durée; il meurt deux ans plus tard en 1709 à l’âge de 30 ans.  Il est enterré dans la fosse commune des pauvres.

Mais son héritage vit toujours dans la Congrégation, qui est au service des plus nécessiteux. Les Pères du Saint-Esprit (ou Spiritains) sont connus dans l’Église pour leur disponibilité à aller là où personne d’autre ne veut aller,  pour leur mode de vie simple et leur foi profonde.

Lire une histoire détaillée de Claude François Poullart des Places et la Fondation du Séminaire du Saint-Esprit.