Histoire spiritaine 1965 à nos jours

La mise en œuvre des inspirations du Concile Vatican II

et les « Fondations » 

 

1966 La maison généralice quitte définitivement Paris et s’installe à   Rome.
1967 Début de la guerre civile du Nigeria, dite « Guerre du   Biafra ». En conséquence, près de 300 confrères irlandais doivent   quitter le pays et vont travailler dans d’autres circonscriptions. Certains   d’entre eux vont faire un travail remarquable avec les organisations   internationales pour aider les réfugiés, les malades, les blessés et les prisonniers.
1967 Le Président Sékou Touré expulse de Guinée les évêques, prêtres et   religieux non-africains, dont 31 Spiritains.
1968 Chapitre général extraordinaire à Rome. Mgr Lefebvre donne sa   démission. Il refuse certaines orientations   importantes du Concile Vatican II et à partir de 1974, son histoire ne   concerne plus la Congrégation.
1968 Élection du P. Lécuyer, Supérieur général. Dans l’esprit de   Vatican II, le Chapitre général de 1968 a engagé la Congrégation dans des   changements et des mises à jour qui correspondaient à la vision du Concile.
1969 Cinq Spiritains, professeurs au   Collège Saint-Martial, sont expulsés d’Haïti. En même temps, on enlevait à la   Congrégation la responsabilité de cet établissement. Il ne lui fut rendue   qu’en 1996.
1970 Mgr Tchidimbo, spiritain, archevêque de Conakry, est arrêté par   le régime de Sékou Touré, torturé et condamné aux travaux forcés à   perpétuité. Il est incarcéré au camp Boiro, où   il y restera jusqu’à sa libération, en août 1979.
1974  Élection du P. Timmermans,   hollandais, Supérieur général.
 

 

De nouvelles Fondations spiritaines se développent dans l’hémisphère sud. Tout en continuant à travailler activement à la formation d’un clergé local diocésain, la Congrégation accepte progressivement de mettre en place des structures pour accueillir et former des vocations spiritaines locales. Elle établit solidement ses racines en Angola, au Nigéria, au Ghana, en Afrique de l’Est, en Afrique francophone, dans la région Sud de l’Afrique, mais aussi dans l’Océan Indien et en Amérique latine. Ces Églises, qui avaient de nombreux missionnaires, deviennent, elles aussi, missionnaires et commencent à envoyer leurs membres aux quatre coins du monde.

 

1979 Béatification, à Rome, de Jacques   Désiré Laval, Spiritain, apôtre de l’Île Maurice, par le Pape Jean Paul II.
1980 Chapitre général à Chevilly, Paris. Élection du premier confrère   africain comme Conseiller général, le P. Vincent Ezeonyia, du Nigéria.
1984 Béatification, à Rome, de Daniel Brottier, Spiritain, “apôtre”   des Orphelins d’Auteuil, par le Pape Jean Paul II.
1986 Le chapitre général célébré à Chevilly élit le P. Pierre Haas,   Supérieur général. Approbation de la nouvelle Règle de Vie Spiritaine,   promulguée en 1987.
1992 Chapitre général à Itaici, Brésil. Élection du P. Pierre   Schouver, Supérieur général.
1997 Implantation à Taïwan et aux Philippines, et plus tard, au Vietnam.
1998  Chapitre général à Maynooth, en Irlande. Réélection du   P. Schouver.
2002-2003   

Célébrations du 300e anniversaire de la fondation de la   Congrégation ainsi que du 200e anniversaire de la naissance du   P. Libermann et du 150eanniversaire de son décès.

Sous   l’effet de multiples facteurs, le nombre des vocations diminue rapidement   dans l’hémisphère nord alors qu’il augmente progressivement dans l’hémisphère   sud. La Congrégation a donc vu le nombre de ses membres se réduire. En 2003,   elle comptait 3010 membres profès.

2004 Chapitre général à Torre d’Aguilha, Portugal. Élection du   P. Jean-Paul Hoch, Supérieur général.
2009 Célébrations du 300eanniversaire de la mort de Poullart   des Places.La diminution du nombre de   vocations amène les Provinces des États-Unis de l’Est et de l’Ouest à s’unir   en une seule Province des États-Unis.
2010 Début d’un nouvel essai d’implantation en Inde du Sud.
2011 La   Congrégation se prépare à célébrer son premier Chapitre général, qui aura   lieu en juillet 2012, sur le continent africain, à Bagamoyo (Tanzanie), un lieu   emblématique de l’engagement missionnaire des Spiritains en faveur de la libération   des esclaves et de l’évangélisation de l’Afrique de l’Est.