La mission spiritaine en Asie

At the last Enlarged General Council, Fr. Pat Palmer presented the history of Spiritan presence and mission in Asia and particularly in Viet-nam and India. We have collected his testimony.

Actuellement les spiritains travaillent dans six pays d’Asie. La première mission a débuté en 1977 au Pakistan et en Nouvelle Guinée ;  en  1997, début de la mission aux Philippines et à Taiwan ; en 2007, ouverture de la présence spiritaine au Vietnam et en 2010 en Inde. Cette année 2016, nous comptons travailler aussi en Chine.

Notre engagement en Asie est une réponse à l’appel lancé par le Pape Jean-Paul II pour que les missionnaires aillent en Asie dans le nouveau millénaire.  C’est en Asie que vit la majeure partie de la population mondiale ; C’est la zone où toutes les grandes religions du monde est originaire, et c’est là où il y a peu de chrétiens.

Il faut se rappeler que l’Asie est culturellement et religieusement beaucoup plus divers  que les autres continents. Toutes nos missions sont très différentes et ont donc besoin chacune d’une approche différente.

Nos missions touchent la plupart des plus grandes forces religieuses et culturelles en Asie : l’Islam (Pakistan), l’hindouisme (Inde), bouddhisme (Vietnam et Taïwan), Christianisme (Philippines, Papouasie Nouvelle Guinée) et la laïcité (Taiwan). Nous travaillons également dans des situations politiques très différentes, allant de démocratique à semi démocratique, et  à la sémi-dictature. Ce que ces pays ont en commun, c’est que, à l’exception des Philippines et de la PNG, la communauté chrétienne est une petite minorité, minuscule dans certains cas comme au Pakistan et à Taïwan.

L’Asie centrale est de plus en plus regardée en ce qui concerne la politique et l’économie mondiale. La Chine et l’Inde sont toujours cités comme puissances mondiales. Il y a beaucoup d’énergie et d’initiative qui sortent  de l’Asie. L’église doit faire partie de cette initiative. Alors que l’Asie est un continent religieux avec des formes fortes de spiritualité, elle devient  aussi de plus en plus matérialiste et perd sa conscience religieuse.

L’Hindouisme et le Bouddhisme sont les religions de l’Asie orientale où se trouvent les spiritains. On peut se demander ce que le christianisme peut apporter à ce continent qui a ces fortes traditions religieuses. Comme les religions, on peut affirmer qu’ils sont plus un mode de vie, une philosophie de vie, qu’une religion. Il y a trois domaines où le christianisme peut avoir un impact. Dans l’Hindouisme et le Bouddhisme concept de Dieu et de l’au-delà n’est pas du tout clair. Les gens sont attirés au christianisme et à l’Islam, en raison de leur idée claire de Dieu et de la vie éternelle. Le troisième domaine est l’implication sociale des institutions chrétiennes et, dans une moindre mesure, l’Islam. L’église a toujours fourni l’éducation et des services de santé à toutes les personnes. Elle a toujours tendu la main aux pauvres.

Ce qui attire les gens en Chine et au Vietnam.

Les deux pays ont toujours été plus ouverts au message chrétien, pour diverses raisons. Les deux pays ont été influencés par la philosophie et  de l’éthique confucéenne qui sont très proche des valeurs chrétiennes.  Dans quelques années la Chine aura le plus grand nombre de chrétiens, catholiques et protestants, que tout autre pays dans le monde. Mais ils seront toujours une petite minorité.  (Le Confucianisme parle d’harmonie sociale. Mayayan bouddhisme en Chine et au Vietnam ; Thereveda B. En Thaïlande, Cambodge et Laos)

Mission spiritaine au Vietnam :

Nous avons commencé notre mission en 2007 par trois prêtres. Pat Palmer (Etats-Unis), un confrère nouvellement ordonné de Belgique, Frederic Rossignol et Trinh Le, un spiritain vietnamien qui appartient à la Province des Etats-Unis. En 2010, nous avons reçu une nouvelle nomination, Le Quoc, un vietnamien de la Province des Etats-Unis. Officiellement, le Vietnam est un pays marxiste-léniniste, un pays communiste. Un des rares à gauche. Visitant le pays, vous n’aurez  pas cette impression. Il a suivi la Chine après l’effondrement du communisme en Union soviétique et en Europe de l’Est en adoptant un système capitaliste dans son économie. L’économie se porte très bien. Les Vietnamiens sont de bons entrepreneurs et habiles à faire de l’argent. Mais ce n’est pas un pays libre et de temps en temps cela nous est rappelé. Il y a un parti, une seule politique et aucune dissidence n’est autorisés. Facebook est bloqué périodiquement si les autorités n’apprécient pas certains sujets. Quand Obama s’y est rendu, certains critiques ont été confinés dans leurs maisons. Il y a la liberté religieuse, jusqu’à un certain point.

L’église en Vietnam est une minorité constituant  environ 7ou 8 % de la population. Mais c’est une communauté forte, bien organisée et sûre d’elle, jusqu’à un certain point. Les diocèses, les paroisses, les séminaires et les ordres religieux fonctionnent ouvertement. Mais il n’y a pas d’école, des collège ou d’hôpital catholiques. Et aucun magazine théologique. Cela commence à changer avec l’ouverture de certains collèges privés. Très peu de gens du Vietnam rural vont jusqu’au 3e niveau scolaire. Mais il y a une tentative de remédier à cela. Tous les établissements scolaires ont été nationalisées. Personne du clergé étranger ne peut travailler dans une paroisse. Parce que c’était une église persécutée, elle s’est repliée et a très peu de missionnaires. Une des tâches des groupes étrangers comme le nôtre est d’essayer de construire une vision plus missionnaire dans l’église. Le Vatican encourage également l’église Vietnamienne à devenir plus missionnaire,  et d’avantage ouverte aux  pays voisins. Nous recevons fréquemment visite des personnes du Vatican qui commencent à comprendre comment l’église au Vietnam se développe.

Toute demande arrivée après 1975 n’est pas reconnu par le gouvernement. Nous n’avons aucune paroisse ni école. Notre travail est la formation. Et le Viêt Nam est riche en vocations ; Combien de temps cela va-t-il durer ? Nul ne le sait car le nombre de groupes qui viennent de l’intérieur du pays et surtout de l’archidiocèse de Saigon, augmente tous les temps, 43 en un an. En septembre 2016, nous aurons plus de 40 étudiants à différents niveaux de formation. 11 d’entre eux seront sur les PME. Nous essayons de discerner ces  vocations avec soin. Nous acceptons seulement les gens qui ont fait un cours de niveau 3. Le discernement est continue et il y a abandon au long du parcours. Philosophie et noviciat se font au Vietnam et  la théologie aux Philippines.

Les quatre confrères sont également engagés à temps partiel dans un travail pastorale non officielle, donnant un coup de main dans les paroisses locales et dans la pratique du Français et l’Anglais parlé. Beaucoup dépend des autorités locales. Si le prêtre local s’entend bien avec eux, alors pas de problème. De temps en temps, on nous rappelle qu’il n’est pas un pays libre. Nous l’avons vécu pas très longtemps avec quelques volontaires.

Faire entrer les confrères au Vietnam est problématique. Il est presque impossible pour quelqu’un de l’Afrique d’y entrer, sauf s’il est un étudiant ou un homme d’affaires. Quand nos confrères africains viennent à Taiwan pour une réunion, nous leurs obtenons un visa temporaire comme marins. Cet été nous allons accueillir un nouveau confrère provenant des États-Unis, Franck Lam,  vietnamiens, ordonnés il y a 10 ans et un autre confrère vietnamien, Duc Luong, qui a travaillé à Taiwan et aux Philippines. Dans trois ans le Vietnam aura ses  premières professions et ordinations. Ils seront une nouvelle présence dans la Congrégation venant de Vietnam et non plus des États-Unis. Nous avons la chance d’être là et c’est un signe d’espoir pour notre Congrégation.

Spiritains en Inde :

La communauté en Inde a rejoint notre circonscription il y a 2 ans à leur demande et à la demande du conseil général. La présence a commencé en 2010 par l’initiative d’un seul homme de la Province de France, Père Gabriel Myotte-Duquet.  Il est retourné en France et maintenant il y a 3 confrères, Serge Ballanger de France,  et Jean-François de l’île Maurice et un nouveau prêtre est sur le point d’arriver du Nigeria. La Communauté a une maison située à Chennai, anciennement Madras, au Sud-Est de l’Inde. L’ Inde est un pays très « religieux », en ce que l’hindouisme influe sur tout. L’Islam, le christianisme et le bouddhisme en font également partie.

L’Inde est différente, comme toutes les missions en Asie. On l’appelle la plus grande démocratie du monde, mais quand il s’agit de l’ouverture à la religion, c’est autre chose. Les missionnaires ne peuvent pas obtenir un visa. Vous êtes là en tant que visiteur ou en tant qu’étudiante, par exemple Jean-François. Personne du clergé étranger ne peut travailler dans les paroisses ou ouvrir un compte bancaire. Les confrères doivent apporter de leur pays de l’argent dans leurs poches. Officiellement, la population chrétienne est environ de 2 %. Officieusement, il pourrait être plus de 10 %. Mais la plupart des chrétiens ne se montrent pas comme tels parce qu’ils pourraient perdre certains droits civils et financiers. C’est dont une société nationaliste hindoue opposés à d’autres religions, en particulier à  l’Islam et au christianisme. Ils ont très peur du prosélytisme.

Mais nos confrères survivent en dépit de cela, à Chennai au Sud-Est de l’ Inde, deux des pères seront de perpétuelles étudiants. Il y a sept étudiants à divers niveaux de formation, ainsi qu’ un certain nombre d’aspirants dans différents collèges. Un des étudiants est un prêtre ayant dix ans d’expérience. Certains élèves ont fait la plus grande partie de leur formation en Afrique de l’Est, en Tanzanie, au Kenya et en Éthiopie. Donc ils ont l’expérience de la mission et ça a été une expérience positive. Cependant maintenant ils pensent  qu’ils doivent se rapprocher de la Congrégation en Asie.  deux joindront le noviciat au Vietnam y compris le prêtre ; La théologie se fera à Manille.

L’Inde est un groupe en pleine croissance. L’église est établie depuis longtemps. Elle  présente Saint Thomas comme son fondateur. Elle a un profil relativement élevé en raison de ses institutions éducatives et médicales. Les vocations sont sur le déclin, mais les Spiritains , de par la simplicité de leur vie communautaire, attirent les gens. Nous étions là avant, au XIXe siècle, à Pondichéry. Dommage que nous ne sommes pas restés.  L’Inde a une culture très forte et  porte son influence sur le monde. L’église a besoin d’être forte et notre Congrégation a un rôle précis à jouer, celui d’être aux côtés des pauvres et de vivre un style de vie simple qui, de toute manière, est au cœur de la présence chrétienne.

Une chose qui nous surprend c’est la force permanente du système des castes. Bien que nié, il exerce encore une influence énorme sur les gens. Les gens de caste inférieures sont encore bas sur l’échelle de prestige et de reconnaissance et malheureusement c’est aussi vrai dans l’église. Parfois un jeune homme se verra refuser l’entrée au séminaire à cause de sa caste.  Le défi est de nous faire connaître dans le pays, mais aussi apporter une contribution. Peut-être que nous pouvons faire cela à l’avenir dans le domaine de personnes nécessiteuses.

L’avenir : L’Asie jouera un rôle plus important dans le développement politique et économique du monde. L’église doit être là et témoigner d’ une société qui n’est pas seulement guidée par les valeurs matérialistes. L’église est appelée à prêcher Dieu selon la vision chrétienne. L’Asie est un continent « religieux », mais son image de Dieu et de la vie a besoin d’être éprouvée. Au Vietnam, l’église est établie, mais elle doit atteindre la majorité de la population qui est soit non croyante ou a une image très vague de Dieu. Elle doit aussi devenir plus missionnaire. En Inde, nous sommes appelés à témoigner de la vie d’une façon plus simple.

Notre Congrégation, qui a une longue expérience de travail dans les cultures nouvelles et différentes et de faire partie de ces cultures, particulièrement en Afrique et Amérique du Sud, peut également faire partie de l’église d’Asie en pleine croissance. Il y a un défi énorme en termes de présence chrétienne, par exemple en Thaïlande, au Laos, le Cambodge, où la présence chrétienne est minuscule. Et la Chine qui a toujours été un endroit où nous voulions travailler. La mission de Taïwan a été créée en partie pour fournir un tremplin vers la Chine continentale.

Nous avons maintenant des membres d’Asie, ils devraient être à l’avant-garde de notre travail. Les deux premiers confrères philippins pourraient être ordonnées dans une année ; Deux des confrères en Inde devraient être prêt pour les rendez-vous dans deux ans ainsi qu’ un confrère de Hong Kong. Dans trois ans les premiers vietnamiens pourraient être prêts à être nommés, et puis il y aura un flux régulier de confrères. Les vocations aux Philippines sont en baisse mais La Papouasie Nouvelle Guinée pourrait être une source de nouveaux membres.

Devrions-nous ouvrir de nouvelles missions en Asie ? La Chine est le grand défi .

P. Pat Palmer, CSSp

Ce contenu a été publié dans Informations Spiritaines, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.